dimanche 18 mai 2014

Ma nuit des musées au MAC/VAL ou Je me lance...

Pour la nuit des musées, j'ai préféré plutôt que d'aller dans Paris rejoindre la foule dans les musées qu'on dit grands me rendre au MAC/VAL (Musée d'Art Contemporain du Val-de-Marne) d'abord parce que j'aime l'art contemporain, ensuite parce que c'est « chez moi ».

Je suis partie tard dans la soirée, je n'ai donc pas eu le temps de faire une visite de ce musée auquel je ne m'étais pas rendu depuis son inauguration ; ce sera pour une autre fois. Ainsi, je n'ai fait qu'assister à deux / trois performances. J'ai pris des photos et enregistré quelques sons. Et là, je n'ai pu m'empêcher de penser à Éric Schulthess, Dominique Hasselmann et Brigitte Célerier et à ce qu'ils partagent avec nous de ce genre d'expérience et de rencontre. Voilà, même si je ne prétends pas me hisser à leur hauteur, je me lance.

D'abord, comme j'entre dans l'exposition d'Esther Ferrer pour aller y voir/entendre « Questions aux français », mon attention est attirée par un étrange groupe dans un coin de la salle ; ils sont encore là quand je m'apprête à partir deux heures plus tard.


Lorsque je regarderai sur le site du Musée, je découvre qu'il s'agit là d'une autre performance que je n'avais pas repérée avant de partir « The Viewers » de Carole Douillard qui invite un groupe de « regardeurs », qui font face aux visiteurs à une action silencieuse.
Je jette aussi un coup d’œil sur l'exposition « Face B. Image / Autoportrait » d'Esther Ferrer, mon attention est particulièrement attirée par le tableau intitulé Eva :


et je ne peux résister à faire un autoportrait « Dans le cadre de l'art ».


Quand j'entends des essais de micro, je vais dans le coin opposé de la salle d'exposition pour "Questions aux français", performance d’Esther Ferrer par Frank Lamy, le commissaire de l’exposition. Il pose des questions à intervalles réguliers : Préférez-vous avoir un cousin germain ou un oncle américain ?, Préférez-vous être blanc ou blanche... ou vert ou verte ? Et d'autres que vous pouvez écouter dans :

 


Il est accompagné d'un traducteur en LFS qui traduit pour un groupe de malentendants.
Hélas, la technique est défaillante et nous entendons mal les interventions du questionneur et ce que traduit son accompagnateur des réponses des malentendants.


Je me rends ensuite à l'auditorium pour « Brébant vs. Bartók vs. Boussiron » avec Marie-Pierre Brébant au clavecin et Xavier Boussiron à la guitare électrique. Ils interprètent une vingtaine d'arrangement d’une vingtaine des Mikrokosmos de Belà Bartók ; une expérience originale et drôle ponctuées de petits problèmes techniques avec la guitare qui énervent le guitariste bien qu'il garde son humour.
Vous pouvez écouter un morceau :



ou la playlist si affinités :





Une soirée agréable donc. Puis retour en transports en commun. Le 172 en compagnie de Kamel Brahim, un artiste que j'ai rencontré dans le cadre de mon travail, jusqu'à Alfortville, puis seule jusqu'à L'Echat où le 281 ne passe que dans trois quarts d'heure ; je me rabats sur la ligne 8 du métro et suis de retour chez moi une vingtaine de minutes après. Et là, je me lance...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire